MR SHEEP TESTE LES SOIREES STRATEGIES

MR SHEEP TESTE LES SOIREES STRATEGIES

MR SHEEP TESTE LES SOIREES STRATEGIES 4000 3000 mrsheep
(ou comment survivre aux remises de prix)
Pour sa culture personnelle et pour nourrir ses réflexions stratégiques, Mr Sheep a été obligé d’assister à une remise de prix organisée, toujours de main de maître, par l’inégalable Stratégies. Il en garde un souvenir haut en couleur, surtout de la « deuxième partie de soirée ».

Dans une soirée Stratégies, les règles de survie sont les mêmes que dans toutes les réceptions : accéder à la nourriture sans donner l’impression que l’on est venu uniquement pour ça, trouver une ou deux personnes avec qui discuter, et enfin savoir quand il est temps de s’en aller… dignement !

Sauf que tout cela est bien plus périlleux que dans une soirée traditionnelle : le caractère « mondain » de l’événement recèle son lot d’écueils spécifiques. Si vous n’êtes pas un habitué des sauteries de ce genre, la solitude vous guette.

Il est possible que vous soyez frappé par des réminiscences de votre adolescence, quand les populaires du collège se roulaient des pelles en dansant le slow; et que vous faisiez semblant de vous intéresser au fonctionnement de la lampe halogène pour faire passer le temps.  Et il est vrai que les luminaires du théâtre de la Madeleine sont particulièrement ravissants.

Mr Sheep, Mister Sheep, Mushroom, Cabinet de recrutement, chasseurs de têtes, chasseur de tête, communication, marketing, digital, innovation, technologie, Vivatech, agence, annonceur, Start up, agences, annonceurs, web, design, création, direction artistique, directeur artistique, expérience
Mis à part cette activité riche en émotions, pendant les deux heures de présentation des différentes catégories et nominés, je me suis pris au jeu d’observer l’assemblée, aussi hétérogène qu’un ensemble Desigual. J’ai pu aisément repérer ces typologies de personnages  :
  • Les concernés : ils sont aux premiers rangs et font partie des agences et des annonceurs « hypes » qui viennent pour la gagne. Tous habillés de manière branchée et originale, ils suivent le déroulement de l’événement avec une attention non dénouée d’une certaine impatience de monter sur scène.
  • Les courtisans : ils essayent de se positionner juste derrière la première catégorie, afin de pouvoir entamer, dans le meilleur des cas, une brève discussion avec l’élite ou, au pire, d’échanger quelques rapides clins d’œil d’entente. Ce sont souvent des responsables du développement qui se doivent de « lâcher » des cartes de visite.
  • Les détachés : ils sont là juste pour émettre des commentaires (souvent désobligeants) sur les gagnants et pouvoir, ensuite, faire un compte-rendu détaillé à l’agence le lendemain autour de la machine à café. On les appelle également les « toutologues » : chroniqueurs ou experts spécialistes en tous domaines, le plus souvent de manière prétentieuse. L’important pour eux est d’exprimer un jugement !
  • Les forcés : tous mes frères et sœurs qui, pour une raison ou pour une autre, ont été obligés, au même titre que moi, d’assister à cette soirée et qui préféreraient être devant une bonne série Netflix. On les repère en train de textoter à des amis, de jouer à des jeux en ligne, de lire des bouquins ou… de dormir !
Après cette première partie accomplie, avec une fierté du devoir accompli non dissimulée, je me dirige, 5 minutes avant la fin, dans le lieu censé accueillir le buffet. Tout ce bavardage m’a donné faim et je veux être bien positionné pour accéder avant tout le monde aux quelques mets proposés (je sais qu’ils sont rares et convoités) ! Mais même cette partie n’est pas sans son lot de pièges.

Mr Sheep, Mister Sheep, Mushroom, Cabinet de recrutement, chasseurs de têtes, chasseur de tête, communication, marketing, digital, innovation, technologie, Vivatech, agence, annonceur, Start up, agences, annonceurs, web, design, création, direction artistique, directeur artistique, expérience

La mode est aux « mignonneries », comme je les appelle : des toutes petites choses à mettre en bouche qui ne rassasieraient même pas un moineau. Par exemple, les fromages sont bien présentés et dûment étiquetés, mais les morceaux sont tellement petits qu’il faut en prendre une dizaine pour rentabiliser le voyage. En l’absence d’assiette, la seule solution est de composer un balluchon avec une serviette en papier. A chaque bousculade (la foule est compacte et sans pitié), une partie du butin finit par terre. Gouda au cumin sous la semelle, doigts qui puent le comté.

Si vous êtes arrivés à vous sustenter (bravo), vous vous mettrez en quête du Graal : quelqu’un à qui parler. Vous croiserez peut-être le regard d’une vieille connaissance, une ancienne collègue avec qui vous avez partagé un bureau et à qui vous lancez un sourire plein d’espoir. Elle vous a vu, la hyène, mais elle a détourné le regard. Manifestement, elle n’est pas venue jusqu’ici pour parler à des ploucs.

Ma soirée se termine ainsi aussi lamentablement qu’elle a commencé. Mais puisque je suis là pour ça, voici mes quelques suggestions pour survivre dignement à ces événements :

1/ Vous pouvez opter pour squatter « ad vitam » le coin champagne. Vous pourriez ainsi terminer la soirée bien éméché … mais ne laissant pas forcément une bonne image de vous à la communauté !

2/ Vous pouvez aussi amener avec vous un acolyte (collègue, pote, frère ou sœur) avec lequel prendre la soirée au troisième degré et finalement vous amuser de l’ambiance un peu « anachronique » en faisant les pitres… mais ne laissant pas forcément une bonne image de vous à la communauté !

3/ Vous pouvez décider de faire du « rentre dedans » à tous les lauréats afin de développer votre carnet d’adresses et pouvoir dire à vos collègues et supérieurs que vous avez échangé avec « le Fredo » de Fred et Farid… Cela peut néanmoins heurter quelque sensibilité et ne pas laisser forcément une bonne image de vous à la communauté !

4/ Vous pouvez opter pour boire juste quelques coupettes de champagne, récupérer le dernier catalogue Stratégies, les gadgets offerts et rentrer chez vous pour enfin profiter de votre série Netflix (je vous conseille Poupée Russe : chronique d’une soirée sans fin J)

Stratégiquement vôtre,
Mr Sheep
    Ce site utilise des cookies.