LA QUETE DES MOUTONS A 5 PATTES

LA QUETE DES MOUTONS A 5 PATTES

LA QUETE DES MOUTONS A 5 PATTES 3692 2771 mrsheep
Jérémy CAMPY
Directeur Général – ADPULSE

Que se cache-t-il derrière la recherche de fameux moutons à 5 pattes ?

Le débat est grand autour de ces fameux moutons à 5 pattes au niveau RH, que l’on appelle de manière codée les LM5P. Mais que l’on soit pour ou contre ces recrutements, il est nécessaire de bien comprendre les véritables raisons qui nous poussent à chercher ce type de profils. Outre le terme « mouton », qui peut en dire long sur les caractéristiques du collaborateur qui devrait être à la fois parfait et docile, cet illustre candidat doit :

  • avoir toutes les compétences et qualifications requises
  • présenter une expérience professionnelle en adéquation avec le poste
  • posséder les mêmes valeurs que l’entreprise

Il faut également prendre en compte les grandes difficultés à identifier cet « animal rare », l’impact financier important pour les sociétés ainsi que le fait que ces profils hybrides sont fortement sollicités, souvent au détriment de l’anticipation des réels besoins des organisations.

Au vu de ces éléments, il est nécessaire donc de comprendre le « pourquoi » et pour « quelles raisons » nous avons besoin de ce type de candidats : pour nous rassurer ou pour assurer la pérennité de notre business modèle ?

Mr Sheep, Mister Sheep, Mushroom, Cabinet de recrutement, chasseurs de têtes, chasseur de tête, communication, marketing, digital, innovation, technologie, Vivatech, agence, annonceur, Start up, agences, annonceurs, web, design, création, direction artistique, directeur artistique, expérienceL’évolution permanente de nos métiers est-elle la réelle raison de l’hybridation ?

L’évolution permanente de nos marchés et de nos métiers nous pousse souvent à chercher des profils plus hybrides pouvant répondre aux différents enjeux stratégiques de notre société et à différentes tâches, voir d’assurer les missions de plusieurs postes à la fois : accélérer la croissance, développer de nouvelles offres, anticiper les nouvelles tendances du marché, …

Si l’on regarde davantage dans le rétroviseur, on se rend compte que la recherche de ces profils à multiples casquettes est souvent associée à une situation charnière pour notre société, à un moment où elle doit « passer un cap ». Après avoir subi une accumulation d’urgences liées à l’évolution de notre activité, nous nous mettons en quête de ce fameux LM5P avec la conviction qu’il saura mieux anticiper et qu’il nous permettra de ne plus subir les sujets. Cette situation est souvent déterminée par un manque de perspective de notre business modèle et de sa timeline, mais surtout par notre difficulté (ou notre hésitation) à prendre la décision de recruter un collaborateur pour des fonctions claires apportant une valeur ajoutée immédiate à notre entreprise.

Mr Sheep, Mister Sheep, Mushroom, Cabinet de recrutement, chasseurs de têtes, chasseur de tête, communication, marketing, digital, innovation, technologie, Vivatech, agence, annonceur, Start up, agences, annonceurs, web, design, création, direction artistique, directeur artistique, expérience

Et si les nouveaux moutons à 5 pattes étaient les entreprises ?

Il nous reste cependant un point important à aborder avec le LM5P qui, comme nous avons pu l’évoquer, possède toutes les compétences que les sociétés s’arrachent : qu’en est-il de la prairie recherchée par ces fameux moutons ? Et si, finalement, notre entreprise était le nouveau LM5P ?

Avec un taux de chômage des cadres de moins de 4%, les meilleurs éléments et les jeunes diplômés sont aujourd’hui en attente de beaucoup plus de la part des organisations. Les cases à cocher sont aussi devenues nombreuses et l’image ainsi que les engagements de la marque employeur n’ont jamais été aussi fortes.

D’après le supplément de l’été dernier de l’ECHOS Start : l’autonomie, la flexibilité, l’agilité, la transparence, l’inclusion, l’intreprenariat, l’engagement environnemental … seraient les principales garanties à donner pour attirer et fidéliser les talents.

Les marques doivent développer de plus en plus leur image sur les réseaux sociaux professionnels et plus généralistes et accompagnent leurs discours avec les témoignages de leurs employés qui deviennent ainsi des ambassadeurs pour l’entreprises (l’Employee Advocacy).

Au moment où les structures mutent vers une organisation « sociétale », on peut considérer que les attentes sont réciproques et légitimes et que la quête de l’idéal se fait clairement dans les deux sens.

    Ce site utilise des cookies.