MR SHEEP TESTE LE JUMP

MR SHEEP TESTE LE JUMP

MR SHEEP TESTE LE JUMP 4936 3272 mrsheep
(ou comment survivre pendant les grèves)
Mr Sheep, jeune, et innocent, fruit de notre chère Province, ne s’était pas encore frotté aux joies de la capitale en période de grève des transports… Nous, les anciens, on se souvient encore de l’arrêt total RATP/SNCF en 1995 : le plan B était alors de crécher directement à son bureau… Mais en 2019, plusieurs alternatives s’offrent à notre Mr Sheep… La preuve !

Je me souviens encore d’une période pas si lointaine où grève rimait avec douce oisiveté. A l’école, quand les profs annonçaient leur adhésion à la lutte, nous, les étudiants, les soutenions avec une forte motivation, savourant déjà une journée entière dédiée à la Playstation…

Mais ça, c’était avant ! Maintenant, j’ai des « obligations » et je suis salarié au sein d’une entreprise souple, certes, mais pas à outrance. Si, en effet, le télétravail est autorisé lors des pics des grèves, les autres jours il faut trouver un plan B (Bus ?), C (Chameau ?), D (Diligence ?),…

En gros, pour faire un trajet de 6 km en Ile-de-France, pendant les grèves, il faut compter :

  • 2h30 aller/retour à pieds
  • 3h40 aller/retour en transports (en comptant 1 train sur 5 en période « faste »)
  • 5h20 aller/retour en voiture en écoutant « Rire et Chansons » (oui, j’ai fait du co-voiturage)
  • 50 minutes aller/retour en Jump (le vélo Uber, pour ne pas faire de publicité)

Mr Sheep, Mister Sheep, Mushroom, Cabinet de recrutement, chasseurs de têtes, chasseur de tête, communication, marketing, digital, innovation, technologie, Vivatech, agence, annonceur, Start up, agences, annonceurs, web, design, création, direction artistique, directeur artistique, expérience

Après avoir mis mes meilleurs baskets, j’ai donc effectué pendant la première semaine le trajet à pieds.

Points positifs :

1/ je découvre mon quartier et celui de mon travail… Ah, mais c’est beau Paris en fait !

2/ je me fais des play-lists de malade. Et à chaque fois que j’ai envie de gifler la personne qui m’a écrasé le pied, bousculé, peloté, piétiné, je me concentre sur la musique. Même pas mal !

3/ Je me munis de ma tablette de chocolat. Celle que j’adore, avec les noisettes et tout le tintouin. Et je me goinfre sans autre forme de procès. Avec ce que je vais dépenser en énergie, je peux me le permettre. Et puis le chocolat est bon pour le moral et en l’occurrence, j’en ai bien besoin !

Points négatifs :

1/ Un km à pieds, ça use, ça use… Deux km à pieds, ça use, ça use…. Cinq km à pieds, ça use les souliers !

2/ J’arrive au travail en transpirant déjà comme une vache, et pas moyen de prendre une douche. Bienvenue donc aisselle moite et moustache perlée !

3/ Je commence à devenir parano et je regarde autour de moi avec moins d’enchantement et plus de crainte : entre vélos, trottinettes,  scooters, voitures, tandems et autres piétons, la route appartient aux plus forts et plus rapides…Et je n’en fais pas partie !

Bon, grève ou pas grève, après une semaine, fatigué de la marche, je me décide à tenter le métro !

Mr Sheep, Mister Sheep, Mushroom, Cabinet de recrutement, chasseurs de têtes, chasseur de tête, communication, marketing, digital, innovation, technologie, Vivatech, agence, annonceur, Start up, agences, annonceurs, web, design, création, direction artistique, directeur artistique, expérience

Commence alors une aventure toute en finesse et rebondissements avec, comme guest-stars :

  • La mamie qui râle sur tout ce qui bouge, cad 1000 personnes
  • La famille nombreuse en vacances qui ne se déplace pas sans la poussette (double), la canadienne et le sac à dos Quechua 50 litres
  • Le mec qui ne peut, vraiment pas, louper son métro. Question de vie ou de mort, comme James Bond ! Et qui arrive à se faufiler à la dernière minute en se faisant plat comme une feuille de papier entre une malette et la porte !
  • Last but not least, la barre en acier ! Pour votre survie, à défaut d’avoir pris des cours de Pole Dance, faites l’amour à la barre du métro !

Bref, puisque je suis là pour ça, voici mes conseils pour survivre dignement à la grève :

  • Répétez en boucle « je suis solidaire avec les revendications des grévistes, je suis solidaire avec les revendications des grévistes, je suis solidaire avec les revendications des grévistes« . ça ne marche pas ? Essayez « même pas mal, même pas mal, même pas mal» en inspirant et en expirant profondément. Puisqu’on vous dit que ça ne sert à rien, de s’énerver…
  • Optez pour le vélo électrique, si vous le pouvez. Mais attention, cela demeure aussi un graal qu’il faut mériter ! En période de grève, pas de quartier : à la guerre comme à la guerre ! Vous pouvez toujours vous promener dans la rue tel un chasseur de Pokemon à la recherche de votre Jump, il y aura toujours des coquins qui auront, dans l’ordre : mis ledit Jump dans la cour de LEUR immeuble ; noirci le code barre après l’avoir dûment copié sur leur portable ; décollé carrément le code barre pour une utilisation exclusive ; rafistolé les freins ; ….
  • Dormez chez une connaissance proche de votre lieu de travail… Et pour joindre l’utile à l’agréable, demandez à votre « cible » du moment… La grève est une bonne excuse pour rapprocher les gens !

Sinon, vous vous souvenez de Bing Bong, l’ami imaginaire de Riley ? Cette espèce de boule de poils rose, avec une trompe d’éléphant et un corps de barbe à papa que Joie et Tristesse croisent dans les tréfonds du cerveau de l’héroïne. Pièce maîtresse de l’histoire, le personnage est propriétaire d’un chariot qui carbure aux titres chantés à tue-tête. L’idéal pour se rendre au travail dans la bonne humeur.

Sur ce, j’y retourne. De mon côté, j’ai opté pour le balai de Kiki, la Petite Sorcière !

Bêlement vôtre,
Mr. Sheep
    Ce site utilise des cookies.