MR SHEEP TESTE « L’EFFET BOOMERANG »

MR SHEEP TESTE « L’EFFET BOOMERANG »

MR SHEEP TESTE « L’EFFET BOOMERANG » 4500 3000 mrsheep
(parce que notre mouton est un vrai papillon)
Mr Sheep a décidé, l’été dernière, d’expérimenter de nouvelles prairies et de découvrir si réellement l’herbe était plus verte (et bonne) ailleurs… Après avoir « vagabondé » pendant 6 mois, notre mouton préféré est revenu à la bergerie, tel un boomerang !

J’ai découvert et testé « l’effet boomerang »… A ne pas confondre avec l’effet papillon même si, dans les faits, il faut être un peu « volages » pour pouvoir y arriver.

Même si je me sentais plutôt bien et en confiance au sein de mes amis les Mushroom, j’ai souhaité voir si des champignons plus gouteux poussaient dans d’autres jardins.

J’ai, de ce fait, répondu aux douces voix des sirènes et je me suis laissé séduire par une autre structure, en tant que commercial. Le départ de mon ancien cabinet s’est super bien passé (mes boss son quand même cool) et j’ai, en plus, eu un joli cadeau : un bon d’achat de 50 euros à pourvoir chez Monoprix (oui, mes boss font toujours preuve d’un certain savoir-vivre).

Fort des compétences acquises chez Mushroom, j’ai eu, dans l’autre boîte, un poste avec plus de responsabilités, plus d’argent et, ça va de soi, plus d’heures de travail.

Mais, nonobstant mes efforts, et, je dois l’admettre, la pugnacité de mon n+1 qui vérifiait tous les soirs, mes mails ainsi que mon historique Internet (il voulait vraiment m’aider à être efficace), la greffe n’a pas pris…

C’est alors que j’ai eu une idée de génie : et si je retournais chez les Mushroom ?!
C’est là que rentre en jeu l’effet boomerang (et toc, dans ta face ! Tu ne t’y attendais pas, hein ?!).

Les « boomerangs » sont les collaborateurs qui reviennent au bercail après avoir été « voir ailleurs ». Pour ce faire, il faut, quand même, avoir une « relation solide » avec l’ancienne boîte et faire en sorte que le coup de foudre temporaire ne soit pas en compétition avec la précédente Love Story… Histoire de ne pas attiser des jalousies et des regrets….

Alors, pour réintégrer mon ancienne boîte, j’ai dit à mes employeurs qu’il y avait plein d’avantages à me rembaucher :

  • J’ai déjà été en contact avec la culture de l’entreprise et je pourrai donc retrouver (très rapidement) mes anciens réflexes pour répondre efficacement aux demandes internes.
  • De par l’expérience emmagasinée pendant mon absence, je pourrai mettre à profit de l’entreprise mes nouvelles capacités et perspectives (travailler dans un environnement hostile, encadrer des jeunes de 18 ans, organiser des tournois de babyfoot,…)

D’autre part, bénéficiant d’une seconde chance pour faire mes preuves, mes boss m’ont subtilement soufflé que je n’ai plus vraiment le droit à l’erreur (et ça, sa booste la motivation de n’importe qui !). Et, au passage, ils m’ont repris le bon d’achat Monoprix… C’est bonne guerre !

Boomerang; Effet boomerang; collaborateurs; MrSheep; Mr Sheep; Mushroom; cabinet de recrutement; chasseurs de têtes; chasseur de tête; digital; communication; publicité; marketing; annonceurs; agences; Start up; innovation;

Et puisque je suis toujours là pour vous aider, voici quelques pistes pour vous, collaborateurs qui souhaiteraient, à un certain moment, devenir des boomerangs :
  • En revenant « en arrière », vous devez oublier un potentiel esprit de revanche pour partir sur de bonnes bases et reprendre des relations saines avec vos anciens supérieurs et collègues.
  • Vous ne devez pas négliger non plus l’impression de « déjà vu » ; commencer un nouveau travail a des vertus très stimulantes, comme la rencontre de nouvelles personnes, la montée en compétence rapide, de nouveaux challenges, etc. qui permettent de contrebalancer le stress lié à un nouvel environnement. Pour un employé « boomerang », la surprise est déjà « gâchée » et la pression de devoir de nouveau faire ses preuves est, quant à elle, bien présente.
  • D’autre part, posez-vous la question du pourquoi vous souhaitez retourner en arrière… Pour un sentiment de sécurité ? Car c’est plus facile que de chercher un nouveau challenge ? Ou parce que ce retour peut représenter un réel avancement dans votre carrière et votre parcours ?
  • Être un employé boomerang ne signifie pas que vous êtes redevable à l’entreprise de vous accorder une seconde opportunité. Non seulement parce que cela fonctionne aussi dans l’autre sens (vous pouvez avoir choisi de donner une seconde chance à votre ancien employeur), mais aussi parce que vous restez légalement un nouvel employé, avec un nouveau contrat. Et qui dit nouveau contrat, dit nouvelles conditions négociables. Cette négociationest d’autant plus importante qu’elle contribuera à préciser la teneur de votre avenir au sein de la société : assurez-vous donc de faire entendre votre voix afin d’être à l’aise avec toutes les conditions impliquées.

Sur ce, je vous laisse avec une réflexion profonde : « La meilleure image associée au bonheur et celle du boomerang. Pour le recevoir, il faut d’abord l’envoyer ». Namasté.

Bêlement vôtre,
Mr Sheep
    Ce site utilise des cookies.