Archives mensuelles :

octobre 2020

LES 5 ETAPES POUR REUSSIR SA CAMPAGNE INFLUENCEURS

LES 5 ETAPES POUR REUSSIR SA CAMPAGNE INFLUENCEURS 2560 1707 mrsheep
WE ARE COM

Pour développer efficacement la notoriété et l’image d’une marque, les campagnes influenceurs sont aujourd’hui incontournables. La majorité des entreprises l’ont bien compris, avec 85% d’entre elles qui ont recours au marketing d’influence (Source : Mediakix).

Eh oui, une grande partie des consommateurs font confiance aux recommandations des influenceurs. En donnant leur avis, ces prescripteurs ont le pouvoir d’influer sur les modes de consommation de leur communauté. Collaborer avec eux dessine alors de vraies opportunités pour les marques.

Vous souhaitez réaliser une campagne influenceur ? We Are Com vous délivre les meilleurs conseils sont par ici !

1. Réalisation d’une base de données influenceurs

Consolidez une liste de 20 à 100 influenceurs correspondant à votre marque.

–> Méthode 1 – Recherches sur Google : tapez les mots-clés relatifs à votre secteur d’activité pour trouver les articles de blogs référençant les listes d’influenceurs.
Ex : « meilleurs influenceurs sport », « meilleurs blogs mode », « top 50 influenceurs food », etc.

–> Méthode 2 – Recherches par abonnements sur les comptes sociaux : identifiez des profils d’influenceurs intéressants dans les abonnements de ceux déjà identifiés.

–> Méthode 3 – Recherches par # : effectuez une recherche par # avec ceux identifiés dans les publications d’influenceurs pertinents pour identifier d’autres publications et profils similaires.

–> Méthode 4 – Recherches avec un moteur de recherche : à l’aide d’un outil spécialisé, identifiez les influenceurs référencés selon des mots-clés présents dans leur biographie et leurs publications, selon la localité, l’âge, le sexe, les centres d’intérêt de leur communauté.

Mr Sheep, Mister Sheep, Mushroom, Cabinet de recrutement, chasseurs de têtes, chasseur de tête, communication, marketing, digital, innovation, technologie, Vivatech, agence, annonceur, Start up, agences, annonceurs, web, design, création, direction artistique, directeur artistique, expérience

2. Qualification des influenceurs

Assurez-vous de l’intérêt des influenceurs pour votre marque :

–> Qualité du contenu (publications en phase avec votre image de marque).

–> Authenticité des commentaires (faible proportion de faux commentaires).

–> Taux d’engagement likes et commentaires (Taux d’engagement = Nbre likes ou commentaires / Nbre d’abonnés)

–> Fréquence et date de dernière publication (peu d’intérêt si non récente / fréquence trop faible = opération lente / fréquence de stories trop élevée = visibilité qui sera noyée).

–> Evolution des abonnés et abonnements (un saut peut traduire des achats d’abonnés ou l’usage d’un modèle follow/unfollow).

–> Localisation, genre, âge, centres d’intérêt, % de fake abonnés* (comptes inactifs ou faux) : à vérifier auprès d’un échantillon d’abonnés.

A l’aide d’un outil, accédez directement à toutes les informations des influenceurs:

  • la qualité de leur profil (note d’appréciation) ;
  • leurs dernières collaborations ;
  • le pourcentage de communauté réelle et active ;
  • leurs statistiques (taux d’engagement likes et commentaires, évolution du nombre d’abonnés, répartition de la communauté par genre, tranche d’âge, localisation, etc.)

3. Activation de la campagne 

Intéressez les influenceurs à collaborer et cadrez votre campagne.

–> Construisez une liste d’e-mails influenceurs : récupérez l’email dans la biographie ou via le bouton « contacter » présent sur le compte Instagram de l’Influenceur.

–> Créez un template d’e-mail : le 1er e-mail doit être concis et donner envie d’en savoir plus. Les détails techniques – telle que la rémunération – viendront plus tard dans la discussion.

–> Effectuez un envoi progressif d’e-mails groupé mais personnalisé.

–> Valider :

  • Le format de la campagne (nombre et fréquence de posts, stories, etc.)
  • Les éléments de communication (points clés de votre marque)
  • La rémunération
  • Le timing (dates et délais des publications)

A l’aide d’un outil, automatisez l’envoi d’e-mails et échangez en direct avec les influenceurs grâce à une messagerie instantannée.

Astuce : pensez à envoyer un brief à l’influenceur afin de récapituler les éléments clés de votre campagne.

Mr Sheep, Mister Sheep, Mushroom, Cabinet de recrutement, chasseurs de têtes, chasseur de tête, communication, marketing, digital, innovation, technologie, Vivatech, agence, annonceur, Start up, agences, annonceurs, web, design, création, direction artistique, directeur artistique, expérience

4. Rémunération des Influenceurs

Définissez la contre-partie à offrir aux influenceurs.

–> Demandez-vous ce que vous pourriez offrir comme cadeau à l’influenceur pour l’intéresser (invitation à un événement, places VIP, etc).

–> Si vous visez des micro ou nano-influenceurs (ceux dont ce n’est pas le métier, qui n’ont pas de statut juridique pour recevoir une rémunération), offrez une carte cadeau.

–> Pour les autres, réalisez un paiement. La rémunération dépend de divers paramètres : taille de la communauté, type de réseau social, rareté du produit, complexité du brief, etc.

5. Analyse de la campagne

Analysez la performance de votre campagne selon les critères suivants :

–> Nombre de likes et de commentaires

–> Reach des publications et nombre de vues des stories

–> Earned Media Value (indice monétaire de la visibilité)

–> Nombre de redirections vers votre site

–> Nombre de conversions (achats, formulaires de contact, téléchargements)

A l’aide d’un outil, réalisez un suivi automatisé de votre campagne, des analyses par influenceur et un bilan général (cible potentielle touchée, earned média cumulé, etc.).

Astuce : pensez à demander aux influenceurs de vous transmettre le nombre de vues stories.

 

 

MR SHEEP TESTE LA DRAGUE AU TEMPS DU CORONAVIRUS

MR SHEEP TESTE LA DRAGUE AU TEMPS DU CORONAVIRUS 2560 1642 mrsheep

(« Il lui fit un baisemain, un vrai truc de punk à présent ! », D. Farrugia)

Ne plus se faire la bise, garder ses distances, porter un masque lors des déplacements à l’extérieur et même dans l’open space… Les recommandations sanitaires pour freiner la propagation du coronavirus n’incitent pas franchement à faire des rencontres ! Alors, comment faire ? Mr Sheep nous raconte son expérience.

Plusieurs se souviennent de l’intervention du Dr Horacio Arruda le 7 avril dernier, où il affirmait, avec un trait d’humour, que la monogamie était «préférable de ce temps-ci». Les célibataires auraient certainement pu lui répondre qu’avec la culture du coup d’un soir, trouver un partenaire unique et stable dès les premiers rendez-vous n’est pas toujours une mince affaire.

Personnellement, j’ai toujours eu une certaine aversion pour le virtuel. Et pour ne pas faciliter la  tâche, à défaut de se rencontrer physiquement, les discussions sur Tinder duraient des heures… Le Covid avait changé la cartographie amoureuse : moins de papillonnage et plus de bavardage !

Mr Sheep, Mister Sheep, Mushroom, Cabinet de recrutement, chasseurs de têtes, chasseur de tête, communication, marketing, digital, innovation, technologie, Vivatech, agence, annonceur, Start up, agences, annonceurs, web, design, création, direction artistique, directeur artistique, expérience

De plus, fini les (bons) plans de se rencontrer à un concert, lors d’une soirée improvisée, autour d’un verre pour prétexter, si le feeling ne passait pas, une urgence chez mère-grande… Non, pendant le « Covid-challenge », comme je l’ai surnommé (seulement les braves comprendront !) les excuses pour s’éclipser se sont réduites. On pouvait, à la rigueur, prétexter de sortir le chien, de faire du pain ou d’aller effectuer ses courses (le summum de la badasserie) mais rien de vraiment capital au point d’interrompre les (parfois pénibles) conversations Tinder .

Bref, à cette époque, j’étais plus excité en regardant le JT de Pernaut… c’est pour dire !

Et puis, dans la légère brise quasi estivale de juin, les célibataires comme moi avaient commencé à voir la lumière au bout du tunnel. La saison de la drague semblait reprendre doucement, au rythme d’une liberté retrouvée et de laquelle il fallait profiter !

Mais c’était sans compter la psychopathie ambiante. Certains de mes copain(e)s pensaient tout haut : «Disons que la personne souhaite aller plus loin : est-ce qu’elle a eu récemment d’autres dates? Est-ce qu’elle a embrassé d’autres gens? Est-elle safe ? » Bref, les gens se transformaient lentement mais inexorablement de Lady Gaga à Kate Middleton…

Et idéalement, j’aime autant rencontrer quelqu’un dans un contexte social plutôt que sur les applications… Mais  souvent, mes dates potentielles préconisaient les rendez-vous dans les parcs lors d’un pique-nique ou d’une balade à vélo à 2 mètres de distance…

Alors, il ne me restait que le lieu de travail. Le problème c’est qu’en ces temps de crise sanitaire, nous sommes encore nombreux à travailler à distance. Deuxième écueil, et pas des moindres, en matière de rapprochement, le port du masque. Troisième difficulté, les règles de distanciation sociale mise en place au sein du coworking.

Il s’agit, alors, d’éviter, avec souplesse et agilité, tous ces pièges qui rétrécissent, jour après jours, mes possibilités de me caser pour Noël, avant de passer, une fois de plus, la « Nuit de la Déprime » tout seul !

Mr Sheep, Mister Sheep, Mushroom, Cabinet de recrutement, chasseurs de têtes, chasseur de tête, communication, marketing, digital, innovation, technologie, Vivatech, agence, annonceur, Start up, agences, annonceurs, web, design, création, direction artistique, directeur artistique, expérience

Alors, déjà, quelques points positifs pour ne pas sombrer :

  • J’ai vu exploser les couples confinés 24h sur 24, ce qui renouvelle le marché des célibataires !
  • On « drague plus local ». Comme pour les vacances, exit les « destinations exotiques » et…. Vive la France !
  • Je ne me suis jamais autant baladé qu’aujourd’hui : les dates sont mobiles !
  • Je me suis mis à la cuisine et je prépare, maintenant, ma propre baguette : effet garanti !

Pour le reste, j’ai été récemment chez une bonne esthéticienne. Elle m’a épilé les sourcils avec soin et mon regard est, maintenant, sublimé !

Expert en « soulèvement de sourcil aguicheur », je fais tomber les filles comme les masques au printemps !

Sur ce, je vous souhaite à tous une bonne chasse.

Parfaitement vôtre (si vous le voulez bien),

Mr Sheep

 

 

 

 

 

    Ce site utilise des cookies.