Archives mensuelles :

novembre 2019

CONSULTANT EN CYBERSECURITE ET DIGITAL TRUST

CONSULTANT EN CYBERSECURITE ET DIGITAL TRUST 2396 1350 mrsheep

Le métier en bref

Le consultant en cybersécurité et en digital trust est avant tout un consultant. Il est au service de clients, essentiellement des grands comptes, pour les aider à définir leur stratégie de cybersécurité et à la mettre en œuvre, ainsi qu’à augmenter la confiance accordée par leurs utilisateurs de produits digitaux via des stratégies visant à améliorer la crédibilité, la transparence, la sécurité et l’intégrité de ces outils.

Les missions

Concrètement, le consultant en cybersécurité et en digital trust accompagne les entreprises sur différentes problématiques :

  • Dans un contexte de numérisation généralisée, il aide à évaluer les risques et les menaces propres à l’activité de l’entreprise. Il réalise des audits pour identifier les besoins et participe à la définition puis à la mise en œuvre des stratégies de prévention les mieux adaptées pour détecter toute tentative d’intrusion. Son rôle est d’anticiper ce qui peut se passer pour éviter les attaques. Il met en place des tests de vulnérabilité pour s’assurer de l’efficacité des solutions mises en place. En cas d’attaque, il aide l’entreprise à réagir, éventuellement à riposter et participe activement à la gestion de crise.

Exemples de projets : identification des points critiques de l’infrastructure informatique, définition des règles de sécurité, choix d’une solution de détection d’intrusion, sensibilisation et formation des personnels, etc.

  • La transformation numérique engendre des volumes de données de plus en plus importants quel que soit le secteur d’activité de l’entreprise (banque, industrie, commerce, énergie, etc). Ces données stratégiques pour l’entreprise font partie intégrante de son patrimoine. La mission du consultant en cybersécurité et en digital trust est d’évaluer le risque lié à ces données et d’apporter le juste niveau de cybersécurité pour les protéger.

Exemples de projets : mise en œuvre d’une solution de gestion des identités et de contrôle des accès (IAM) aux serveurs de l’entreprise, mise en place d’un plan de reprise d’activité, récupération des données et des applications après incident, etc.

  • Le consultant contribue à la conformité numérique de l’entreprise, condition nécessaire pour susciter et conserver la confiance des clients. Il participe à la mise en œuvre des règlementations en vigueur, notamment celles relatives au respect de la vie privée et à la confidentialité des données.

Exemples de projets : conformité RGPD, audit de conformité, référentiels de sécurité, suivi des licences logicielles, etc.

MrSheep; Mr Sheep; Mushroom; cabinet de recrutement; chasseurs de têtes; chasseur de tête; digital; communication; publicité; marketing; annonceurs; agences; Start up; innovation;

Les outils et langages à maîtriser

Vous maîtrisez bien l’anglais, tant à l’écrit qu’à l’oral, ainsi que le pack Office.

Les qualités essentielles à avoir

Attiré par les métiers du conseil, vous avez le goût du challenge. Vous possédez les qualités du consultant, et des qualités rédactionnelles et relationnelles. Vous alliez rigueur et passion, autonomie et esprit d’équipe.

La veille

Vous êtes au courant de l’actualité en cybersécurité et en conformité numérique. Vous suivez les comptes Twitter et LinkedIn de personnes et d’entreprises du secteur ainsi que les blogs et la presse spécialisés (le Blog du Hacker, Cyberini, Sécurité & Défense magazine, MagSecurs, etc).

Les formations

Niveau bac+5, vous démarrez ou vous avez déjà une expérience en tant que consultant auprès de clients grands comptes et la cybersécurité vous attire. Le métier de consultant en cybersécurité et en digital trust existe depuis peu, c’est pourquoi les entreprises vous aideront souvent à construire votre carrière en vous proposant des formations certifiantes adaptées à votre parcours.

Qui recrute ?

Vous travaillez essentiellement pour des ESN et des cabinets de conseil.

La rémunération

La fourchette de salaire (brut annuel) pour un débutant : 37 – 40 k€
La fourchette de salaire (brut annuel) pour un confirmé : 45 – 70 k€

Source : Welcometothejungle

CORPORATE MAIS PAS QUE…

CORPORATE MAIS PAS QUE… 6000 4000 mrsheep
Emilie SEID
Directrice de la Communication – AGENCE CURIUS

Si c’est un secret, alors, il est de polichinelle. Les communicants le savent : incarner la culture d’une entreprise et la vision de ses dirigeants est primordial. L’enjeu est de réussir à concilier philosophie d’entreprise et philosophie individuelle, sans qu’elles ne trahissent leurs principes respectifs.

Et quoi de mieux pour adhérer à la philosophie d’une société que d’avoir des chefs de file engagés, inspirants et capables de se projeter ? Qui mieux que les managers pour mettre en phase leur structure et leurs talents ?

Il n’est pas facile de trouver sa place dans l’ADN d’une structure quand on ne l’a pas créée et d’autant plus de se sentir légitime pour l’incarner. Les managers ont une vraie responsabilité dans l’implication des équipes, ils doivent donner du sens à la relation et apporter plus de croyance pour faire adhérer tous les corps de métiers à l’histoire et à la vision de leur société.

Adieu donc à l’individuel ! L’entreprise, c’est le collectif avant tout. « Tout seul on va plus vite, mais ensemble, on va plus loin », dit le proverbe africain.

 

Mushroom, Cabinet de recrutement, chasseurs de têtes, chasseur de tête, communication, marketing, digital, innovation, technologie, Vivatech, agence, annonceur, Start up, agences, annonceurs, web, design, création, direction artistique, directeur artistique, expérience

Il est évident que d’être plus impliqué dans les fondamentaux permet aux collaborateurs de partager fièrement la vision de leur boite. D’autant que d’avoir des affinités et partager des convictions font que la relation est plus forte. Bousculer les modes de pensées et faire vivre à ses talents une véritable expérience est la clé pour leur donner envie de s’investir davantage dans le développement de l’entreprise.

Certains entrepreneurs l’ont d’ailleurs bien compris : les start-ups nées d’un engagement – comme Phenix, YukaAgricoolRespireL’embeillageOptimiam, Lilo…affichent clairement leur raison d’être et leur mission, adoptées et portées fièrement par les équipes. A l’inverse, dans certains grands groupes, la structure et le business prennent tellement de place qu’ils empiètent sur l’humain. Le dialogue est formaté, manque de conviction et de sincérité. Résultat : on parle beaucoup de team building mais les stratégies sont très peu partagées en interne, le discours se déforme et finit par se diluer. Et la culture groupe meurt à petit feu.

Parce qu’être trop corporate ne permet pas de tisser une relation authentique, ni personnelle. Une relation, c’est avant tout un partage de valeurs basé sur la confiance. Rien de pire qu’un échange intéressé et superficiel qui ne tienne pas compte des attentes de son interlocuteur…. Etre connecté aux autres avec un peu plus de profondeur et de générosité, changerait le quotidien de beaucoup !

En somme, quand philosophie d’entreprise et convictions personnelles sont alignées, chacun en sort plus fort. L’entreprise apporte alors autant qu’elle ne prend à ceux qui la font et tout le monde y gagne ! Alors, on s’y met ?

MR SHEEP TESTE LES SOIREES STRATEGIES

MR SHEEP TESTE LES SOIREES STRATEGIES 4000 3000 mrsheep
(ou comment survivre aux remises de prix)
Pour sa culture personnelle et pour nourrir ses réflexions stratégiques, Mr Sheep a été obligé d’assister à une remise de prix organisée, toujours de main de maître, par l’inégalable Stratégies. Il en garde un souvenir haut en couleur, surtout de la « deuxième partie de soirée ».

Dans une soirée Stratégies, les règles de survie sont les mêmes que dans toutes les réceptions : accéder à la nourriture sans donner l’impression que l’on est venu uniquement pour ça, trouver une ou deux personnes avec qui discuter, et enfin savoir quand il est temps de s’en aller… dignement !

Sauf que tout cela est bien plus périlleux que dans une soirée traditionnelle : le caractère « mondain » de l’événement recèle son lot d’écueils spécifiques. Si vous n’êtes pas un habitué des sauteries de ce genre, la solitude vous guette.

Il est possible que vous soyez frappé par des réminiscences de votre adolescence, quand les populaires du collège se roulaient des pelles en dansant le slow; et que vous faisiez semblant de vous intéresser au fonctionnement de la lampe halogène pour faire passer le temps.  Et il est vrai que les luminaires du théâtre de la Madeleine sont particulièrement ravissants.

Mr Sheep, Mister Sheep, Mushroom, Cabinet de recrutement, chasseurs de têtes, chasseur de tête, communication, marketing, digital, innovation, technologie, Vivatech, agence, annonceur, Start up, agences, annonceurs, web, design, création, direction artistique, directeur artistique, expérience
Mis à part cette activité riche en émotions, pendant les deux heures de présentation des différentes catégories et nominés, je me suis pris au jeu d’observer l’assemblée, aussi hétérogène qu’un ensemble Desigual. J’ai pu aisément repérer ces typologies de personnages  :
  • Les concernés : ils sont aux premiers rangs et font partie des agences et des annonceurs « hypes » qui viennent pour la gagne. Tous habillés de manière branchée et originale, ils suivent le déroulement de l’événement avec une attention non dénouée d’une certaine impatience de monter sur scène.
  • Les courtisans : ils essayent de se positionner juste derrière la première catégorie, afin de pouvoir entamer, dans le meilleur des cas, une brève discussion avec l’élite ou, au pire, d’échanger quelques rapides clins d’œil d’entente. Ce sont souvent des responsables du développement qui se doivent de « lâcher » des cartes de visite.
  • Les détachés : ils sont là juste pour émettre des commentaires (souvent désobligeants) sur les gagnants et pouvoir, ensuite, faire un compte-rendu détaillé à l’agence le lendemain autour de la machine à café. On les appelle également les « toutologues » : chroniqueurs ou experts spécialistes en tous domaines, le plus souvent de manière prétentieuse. L’important pour eux est d’exprimer un jugement !
  • Les forcés : tous mes frères et sœurs qui, pour une raison ou pour une autre, ont été obligés, au même titre que moi, d’assister à cette soirée et qui préféreraient être devant une bonne série Netflix. On les repère en train de textoter à des amis, de jouer à des jeux en ligne, de lire des bouquins ou… de dormir !
Après cette première partie accomplie, avec une fierté du devoir accompli non dissimulée, je me dirige, 5 minutes avant la fin, dans le lieu censé accueillir le buffet. Tout ce bavardage m’a donné faim et je veux être bien positionné pour accéder avant tout le monde aux quelques mets proposés (je sais qu’ils sont rares et convoités) ! Mais même cette partie n’est pas sans son lot de pièges.

Mr Sheep, Mister Sheep, Mushroom, Cabinet de recrutement, chasseurs de têtes, chasseur de tête, communication, marketing, digital, innovation, technologie, Vivatech, agence, annonceur, Start up, agences, annonceurs, web, design, création, direction artistique, directeur artistique, expérience

La mode est aux « mignonneries », comme je les appelle : des toutes petites choses à mettre en bouche qui ne rassasieraient même pas un moineau. Par exemple, les fromages sont bien présentés et dûment étiquetés, mais les morceaux sont tellement petits qu’il faut en prendre une dizaine pour rentabiliser le voyage. En l’absence d’assiette, la seule solution est de composer un balluchon avec une serviette en papier. A chaque bousculade (la foule est compacte et sans pitié), une partie du butin finit par terre. Gouda au cumin sous la semelle, doigts qui puent le comté.

Si vous êtes arrivés à vous sustenter (bravo), vous vous mettrez en quête du Graal : quelqu’un à qui parler. Vous croiserez peut-être le regard d’une vieille connaissance, une ancienne collègue avec qui vous avez partagé un bureau et à qui vous lancez un sourire plein d’espoir. Elle vous a vu, la hyène, mais elle a détourné le regard. Manifestement, elle n’est pas venue jusqu’ici pour parler à des ploucs.

Ma soirée se termine ainsi aussi lamentablement qu’elle a commencé. Mais puisque je suis là pour ça, voici mes quelques suggestions pour survivre dignement à ces événements :

1/ Vous pouvez opter pour squatter « ad vitam » le coin champagne. Vous pourriez ainsi terminer la soirée bien éméché … mais ne laissant pas forcément une bonne image de vous à la communauté !

2/ Vous pouvez aussi amener avec vous un acolyte (collègue, pote, frère ou sœur) avec lequel prendre la soirée au troisième degré et finalement vous amuser de l’ambiance un peu « anachronique » en faisant les pitres… mais ne laissant pas forcément une bonne image de vous à la communauté !

3/ Vous pouvez décider de faire du « rentre dedans » à tous les lauréats afin de développer votre carnet d’adresses et pouvoir dire à vos collègues et supérieurs que vous avez échangé avec « le Fredo » de Fred et Farid… Cela peut néanmoins heurter quelque sensibilité et ne pas laisser forcément une bonne image de vous à la communauté !

4/ Vous pouvez opter pour boire juste quelques coupettes de champagne, récupérer le dernier catalogue Stratégies, les gadgets offerts et rentrer chez vous pour enfin profiter de votre série Netflix (je vous conseille Poupée Russe : chronique d’une soirée sans fin J)

Stratégiquement vôtre,
Mr Sheep
    Ce site utilise des cookies.